Un site industriel historique

En 1527, Samson Fouqué, maître des « Forges de Monnaie » à Sougé-le-Ganelon, crée les Forges de la Gaudinière : la chute d’eau du barrage étant plus importante.Dans la région, le minerai de fer est abondant et la « castine » (calcaire) est extraite dans le bourg de Sougé-le-Ganelon.

Les Charroyeurs transportent le minerai et le charbon de bois. Le fer est commercialisé à Domfront, Caen, Angers et Nantes.

Après 1638, la fenderie de Saint-Léonard-des-Bois est transférée à la Gaudinière. Les baguettes de fer sont destinées à la fabrication des clous. La découverte de la houille entraîne le transfert de toutes les forges et hauts fourneaux dans le Nord et l’Est de la France. La forge est alors transformée en fonderie de cuivre jusqu’à la guerre de 1914-1918.La situation économique s’améliore et se stabilise : la société Les isolants français (LIF) s’installe durablement sur le site, avant d’être remplacée par Hutchinson, spécialiste de l’étanchéité automobile.