1945-2015 : Hommage à M. Robert Tournelle, ancien Maire, Résistant déporté (discours du Maire)

By 8 mai 2015 Actualités

Hommage à M. Robert Tournelle

Maire de Sougé le Ganelon

Résistant – déporté Mort pour la France en 1945

Camp de concentration de Neuengamme (Allemagne)

8 mai 2015 – salle du Conseil « Robert Tournelle »

***

Mme le vice Président du Conseil départemental,

Mmes MM. les Elus,

MM. les vice Présidents de la Communauté de Communes,

M. le Président des Anciens Combattants,

M. Paul Tournelle et l’ensemble de votre famille,

Mesdames, Messieurs,

Au nom du Conseil municipal, je vous souhaite la bienvenue dans notre salle des Délibérations qui porte dorénavant le nom de « Robert Tournelle ».

70 ans après les faits, notre ancien Maire reprend sa place symboliquement dans notre actuelle Mairie.

Nous sommes réunis aujourd’hui pour nous souvenir de toutes les Victimes et Héros de la Résistance et de la Déportation, tout particulièrement en effet de M. Robert Tournelle, ancien Maire mais également, de tous les résistants, hommes et femmes, qui ont payé chèrement leur engagement. Nous nous souvenons également de ceux qui sont revenus en citant notamment Bernard Tournelle, fils de Robert.

Cet hommage a commencé,  hier soir 7 mai, par la tenue de la conférence animée par M. Jacques Chesnier, historien,  Mme Dupont Thiersault, ancienne déportée, Mme Auguste Briand

Nous sommes réunis aujourd’hui pour faire vivre le mot d’ordre des déportés : n’oublions jamais ! qui figure, désormais,  gravé sur la plaque que nous venons d’inaugurer en cette Mairie. N’oublions jamais les souffrances endurées, les supplices infligés, la négation de la condition humaine … N’oublions jamais – en effet – cette machine d’extermination pensée et mise en œuvre par le régime nazi, il y a plus d’un demi-siècle : une abomination et un crime contre l’Humanité !

Il est, en ce 8 mai 2015, de notre devoir de rappeler ce que fut l’une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire.

Quand on évoque le bilan de la déportation en chiffres, on oublie, parfois, l’essentiel : ce sont des individus, des pères, des mères, des enfants, des amis, des voisins, des collègues de bureau qui ont été stigmatisés, affamés, torturés, assassinés.

Cette commémoration est l’occasion de rappeler la souffrance atroce, endurée par ces hommes, ces femmes et ces enfants, exterminés et persécutés pour ce qu’ils étaient ; persécutés pour ce qu’ils pensaient ; dépouillés de tout ce qui fondait leur identité et leur dignité.

Sur le plan national, le nombre de déportés (Résistants, raflés, otages, droits communs…) est d’environ 86 000. La mortalité fut de l’ordre de 40%.

En ce qui concerne les juifs, le chiffre est de 76 000 partis de France ce qui signifie qu’ils n’étaient pas tous Français. 2 500 sont revenus.

Avec la collaboration du gouvernement de Vichy et de l’Etat français dirigé par le Maréchal Pétain, ce sont donc des milliers de personnes qui ont été déportées  vers les camps de concentration et d’extermination.  Robert Tournelle fut de ceux là.

Comme beaucoup d’autres de ces compatriotes qui se sont engagés et dont les noms peuvent nous être familier : les Landais, Derenne, Dupont, Harang, Demelle, Lefèvre, Quinton, Soyer …  Robert Tournelle a payé de sa vie son action de résistance à l’Occupant.

Robert Tournelle est né en 1893 à Fresnay sur Sarthe. Agriculteur, fils de  Adolphe Tournelle et de Théotiste Olivier, il a 21 ans en 1914 et intègre le 44è Régiment d’Artillerie, grade de Maréchal des Logis. Cité à l’Ordre du régiment le 28 avril 1917. Il est titulaire de la Croix de Guerre avec étoile de bronze.

Rentré de la guerre, il exerce son métier d’agriculteur au côté de son épouse, Germaine Brière et tous deux élèvent leurs  3 enfants : Paulette, Bernard (déporté avec son père) et Paul. En 1935, apprécié de ces administrés, il devient Maire de Sougé le Ganelon.

A la lecture des discours qu’il a écrit (dont celui du 11 novembre 1938 qui vous a été lu tout à l’heure), on découvre un homme profondément républicain. La guerre déclarée à l’Allemagne, l’Occupation de notre pays mise en place par les Autorités du Reich : ceci fait que la Résistance s’organise dans l’espoir de la libération. Comme d’autres de ces camarades, Robert Tournelle ne reste pas inactif et s’engage au sein du réseau Action du Bureau des Opérations Aériennes (le Boa). Crée par Jean Moulin, le BOA voit le jour en 1943. Dans le cadre de la Libération, il est chargé d’acheminer vers les groupes paramilitaires de la Résistance (regroupés dans les futurs FFI) les armes, les consignes, les spécialistes nécessaires à la réalisation des différents plans militaires à réaliser sur le territoire français. La Normandie et sa périphérie deviennent donc des zones prioritaires. C’est dans ce cadre que sont créés en juin 1943 les terrains de réception d’Assé-le-Boisne et de Mont-Saint-Jean. Afin d’organiser des opérations de parachutage gérée au sol par les résistants locaux.

Robert Tournelle fut arrêté par la Gestapo dans la nuit du mercredi 26 au jeudi 27 avril 1944 à son domicile de La Chapelle avec son fils Bernard. Il meurt le 22 mars 1945 à Neuengamme en Allemagne. Il ne reviendra donc jamais, laissant sa famille dans l’incertitude de son retour pendant de longs mois.

En effet, la transcription de son acte de décès en Mairie de Sougé ne fut effectuée que le 07 décembre 1946, suivant l’avis officiel du 26 mars 1946 venant du Ministère des Anciens combattants et Victimes de guerre.

En son absence, il fut réélu Maire de Sougé le Ganelon lors des élections municipales du 29 avril et 13 mai 1945 (premières élections depuis la Libération de la France et les premières où les femmes ont pu voter). En 1955, à titre posthume, il fut fait Chevalier de la Légion d’Honneur.

A la Libération, nous pouvons également signaler des attitudes remarquables, à l’image de la famille Roch qui cacha un aviateur américain tombé sur notre commune le 9 août 1944.

Souvenons nous ainsi des 6 aviateurs américains : les lieutenants Charles  Kee, Frank Ramsey et Sam Singer.

Deux furent fait prisonniers, dont le pilote. Le troisième fut caché plusieurs jours jusqu’à l’arrivée des américains.

Les trois autres aviateurs, le sergent William L Nix périt carbonisé dans l’avion. Les sergents Hemeter et Stoll ont été retrouvés morts le lendemain dans un champ.

Comme eux et à sa façon,  Robert Tournelle a combattu et a connu le destin de milliers d’autres résistants qui avait, chevillé au corps, l’amour de leur pays et leur patrie, sans doute décuplé par les souvenirs de la guerre de 1914 1918 dont il était Ancien combattant.

70 ans après, notre commune, modestement,  se souvient et marque cette tragédie par des moments de recueillement et d’inauguration. Ce que nous faisons en ce jour est juste car sans les hommes et les femmes de la Résistance, sans les soldats engagés dans la bataille de Normandie … que serions nous aujourd’hui ? C’est pour cela que nous avons associé les enfants de l’école car la Mémoire de demain, c’est eux !

M. Paul Tournelle, du fond du cœur, je vous remercie pour votre participation active à la tenue de cette journée n’ayant pas ménagé, avec votre épouse, vos déplacements en Mairie pour être associé à notre démarche. Merci pour le don du buste que nous avons apposé au dessus de la plaque commémorative. Que soit remerciée également très chaleureusement votre famille présente nombreuse aujourd’hui et votre neveu, M. Dominique Tournelle, qui nous a également apporté un concours précieux.

Pour notre commune, merci à l’association « Mémoire et Patrimoine », à sa présidente, Nicole Dorneau et aux Membres pour l’exposition qui vous est proposée aujourd’hui et qui confirme (après celle de 1914 1918) que les Membres de cette association réalisent un travail remarquable pour la transmission de la mémoire de notre commune. En autres objets, vous y découvrirez une très jolie mandoline donnée par Mme Chantal Leroy, donnée à sa famille en 1944, au départ des américains ainsi qu’un reste de l’avion B26 Maraudeur, tombé sur notre commune en août 1944 et donné par M. Jean Marc Dorneau. Je les remercie tous deux pour ces dons.

M. l’Abbé Chevalier et sa chorale, M. Trocherie, président des Anciens combattants, notre société de Musique avec MM. Rabinand et Fiaudrin et leur Ensemble, le lieutenant Crison et ses sapeurs, les adjoints et le Conseil municipal, les élus locaux présents, les enfants de l’école et leurs parents, les sougéens et sougéennes venus en nombre : tous concourant,  avec leur présence, à cet hommage communal en ce 8 mai 2015 et au témoignage de gratitude envers la Résistance et envers ceux qui en ont été les acteurs.

Avant de vous céder la parole M. Tournelle, je suis heureux de vous remettre la Médaille de la commune de Sougé qui marquera le souvenir de cette journée : elle a été gravée au nom de votre père, en sa Mémoire.

8 mai 2015

En mémoire de

Robert Tournelle

Maire (1935 à 1945)

Ce bouquet sera à remettre à votre épouse avec des souhaits de complets rétablissements.

Je vous remercie de votre attention.

Philippe Rallu

Maire

Président de la CC

des Alpes Mancelles

Parole à M. Paul Tournelle, fils de M. Robert Tournelle

Parole à Mme Nicole Dorneau, présidente de « Mémoire et Patrimoine »

Vin d’honneur offert par la Municipalité

Leave a Reply