Monthly Archives

novembre 2012

Concours de fleurissement : bilan et remerciements

By | Actualités | No Comments

fleurissement

(photo : Alain Coutelle)

 

Labellisation « Villes et Villages fleuris »
Confirmation de la 3ème fleur *** au Concours Régional
Mot de remerciements du Maire
Ancienne salle du Conseil municipal – jeudi 29 novembre 2012 – 19 h 45

Créé en 1959 par le Ministère en charge du tourisme, le concours des Villes et Villages Fleuris trouve ses origines dans les préoccupations hygiénistes des promoteurs du tourisme au XIXème siècle. Rapidement associé à la qualité du cadre de vie, le concours rencontre un vif succès auprès des collectivités qui adhèrent en nombre à la démarche.
Petit retour en arrière, la genèse de cette démarche originale qu’est le fleurissement est la suivante :
La « culture de la Fleur » dans la sphère publique doit essentiellement son succès au développement des sociétés d’horticulture au XIXème siècle qui valorisaient les qualités sanitaires et hygiéniques de la plante.
Un indice de propreté qu’il était relativement aisé de promouvoir auprès des publics ruraux, comme urbains. Cette époque correspond également aux premiers déplacements touristiques à l’échelle nationale et européenne. Les visiteurs, citadins parisiens ou anglo-saxons, traversent alors le territoire pour se rendre sur leurs lieux de villégiature en utilisant le plus souvent les transports ferroviaires.
Un réseau qui, malgré son développement rapide, n’est pas voué – au départ – aux déplacements touristiques et n’offre que très rarement les conditions d’hygiène adaptées. C’est dans ce contexte que le Touring Club de France imagine d’instituer un concours pour encourager les chefs de gares et les hôteliers à fleurir leurs infrastructures et à soigner la propreté des lieux.
Fort du succès de cette opération, le Touring Club de France étend la démarche aux communes et organise – dès les années 1920 – le concours des « Villages Coquets« . Ils font rapidement l’objet de circuits touristiques très appréciés.
Interrompu en 1939, un circuit de « Routes Fleuries » est mis en place par le Touring Club au début des années 1950 en collaboration avec le journal d’horticulture « Rustica » et l’Association des horticulteurs. Fort de ce succès et de l’engouement de l’Hexagone pour cette campagne de fleurissement, Robert Buron, ministre des Transports, des travaux Publics et du Tourisme met en œuvre un concours national des Villes et Villages Fleuris qui voit le jour en 1959. Dés la première année, 600 communes s’inscrivent au concours. Pour satisfaire le nombre croissant de communes souhaitant participer, les inscriptions sont très rapidement confiées aux préfectures qui établissent un palmarès départemental. Cette organisation pyramidale inscrit le concours dans une logique institutionnelle qui garantit son fonctionnement dans tous les départements.
En 1988, dans le contexte de la décentralisation et presque trente ans après sa création, l’organisation locale du concours est confiée aux Conseil Généraux qui recueillent les inscriptions et aux Conseils Régionaux qui ont dorénavant la charge d’attribuer les trois premiers niveaux du label. Le slogan « Fleurir, c’est accueillir » apparaît à cette époque pour mobiliser ce réseau autour d’un objectif réaffirmé d’accueil touristique.
Alors que le concours est à l’origine piloté directement par les services de l’Etat, la coordination nationale est assurée depuis 1972 par le Comité National pour le fleurissement de la France, association loi 1901, rebaptisée Conseil National des Villes et Villages Fleuris lors d’une réforme statutaire en 2001.
Aujourd’hui, c’est une marque de qualité de vie des communes.

Au-delà de son caractère de récompense officielle, le label, très sélectif, garantit une qualité de vie et témoigne d’une stratégie municipale globale et cohérente. Les critères d’attribution, à l’origine dédiés à la qualité esthétique du fleurissement, ont progressivement laissé une place prépondérante à la manière d’aménager et de gérer les espaces, pour valoriser la qualité de vie des résidents et des visiteurs.

Pour notre commune, une envie d’aventure en la matière commença en 1983 avec une 1ère participation en 1986 où nous reçûmes le 3ème Prix départemental, ce qui constitua un excellent début.
En 1993, 1er Prix départemental et 2ème Prix régional
En 1994, 1er Prix régional et l’obtention également de la 1ère fleur
En 1995, 2ème fleur
En 1997, 3ème fleur
En 2003, la région nous suggéra la 4ème fleur au niveau national mais la marche était quand même haute.

Depuis 2003 et jusqu’à aujourd’hui, nous avons conservé nos 3 fleurs, confirmées d’ailleurs par le Jury passé en juillet 2012 et cette remise de beau diplôme à Trélazé le 16 novembre dernier.

L’aventure aurait pu s’arrêter après 2009 où nos 3 fleurs n’ont été conservées qu’associées à un avertissement clair : il nous fallait obéir à de nouveaux critères bien loin des clichés des années 1920 ou 1950. Nous entrions alors dans la sphère écologique, politique à tendance environnementaliste du développement durable, de la gestion différenciée et des produits chimiques proscrits.
Cet effort que nous su prendre à temps transpire dans les commentaires positifs du Jury, à savoir :
Prise en compte des commentaires formulés par le Jury régional lors sa venue en 2009, définition d’un plan de gestion différenciée, diminution du nombre de bâches utilisées dans les aménagements paysagers, travail de formation et de conseil initié par le C.a.u.e. pour évoluer dans le sens du label, actions en faveur de la biodiversité, travail réalisé en faveur de la mise en accessibilité des espaces commerciaux et des services à la personne, démarche de valorisation du petit patrimoine … Le Jury n’a pas trouvé de point négatif se contentant de nous conseiller de poursuivre la démarche engagée et de la confirmer en juillet 2015.
Des conseils sont proposés à notre réflexion : poursuivre la démarche de fleurissement en développant une vue d’ensemble du projet d’aménagement de la commune , poursuivre la limitation de l’usage des suspensions, notamment sur les espaces rustiques ou dans les entrées de bourg , poursuivre les actions de gestion différenciée des espaces en commençant par l’amélioration du traitement des espaces naturels.
Cette réussite, nous le devons à plusieurs facteurs :
– une volonté des Conseils municipaux et des Maires successifs de s’inscrire dans cette démarche,
– l’affectation des moyens financiers nécessaires inscrits au budget pour y parvenir,
– l’action déterminante au quotidien de Daniel Geslin pendant toutes ses années pour lequel on peut considérer que le fleurissement est sa passion et que nous remercions tous pour l’excellence de son travail en encadrant les employés communaux et surveillant les fleurs comme le lait sur le feu … (constatez ses rondes les soirs d’été autour de la place notamment)
– le travail de nos agents techniques qui ont su s’adapter, se former, donner des idées et qui ont permis, par leur travail, le succès de cette entreprise. J’y associe également le foyer Anaïs pour l’aide apportée dans cette démarche.
– Enfin, pour le dernier Jury, le travail particulièrement apprécié de Pascal Monnier pour la rédaction de la plaquette qui a – je crois – impressionné très favorablement le Jury.
Sans vouloir nous lancer trop de fleurs, je dirai que peu de communes de notre taille, à mon avis, ont produit un document d’une telle qualité : c’est un document de communication mais c’est avant tout un document de gestion prévisionnelle.
Sougé est connu depuis longtemps pour son fleurissement. Il n’était donc pas question que Sougé baisse les bras sur cette affaire. Les efforts que nous avons faits ont été récompensés et c’est bien là l’essentiel. Je peux témoigner que cela nous différencie des autres, chaque commune ayant par ailleurs ses qualités et ses atouts propres mais le clin d’œil fleuri que nous proposons aux habitants et à tous ceux qui nous visite reste en mémoire car « fleurir, c’est accueillir avec le sourire … »

Au nom du Conseil, je vous remercie tous pour le travail effectué pour lequel nous pouvons être fiers et qui maintient notre commune au niveau, tout en ayant su s’adapter.

Philippe Rallu
Maire de Sougé le Ganelon.

 

Embellissement du patrimoine …

By | Actualités | No Comments

Conformément à une décision du Conseil municipal, suite à la mise en vente par un tiers du terrain à proximité, le périmètre foncier autour de la chapelle sainte Marguerite des Chardonnerets s’est agrandi : des arbres fruitiers ont été abattus car en mauvais état et trop nombreux et la clôture sera modifiée pour tenir compte du nouveau périmètre. Le sol va être nivelé et remis en pelouse. A terme, une table de pique nique avec poubelle sera installée. 

chapellesaintemarguerite

Quant à la chapelle Moulard Lamare, des protections ont été apportées aux vitraux après que la clôture d’enceinte ait été repeinte (par le chantier d’insertion de Oisseau le Petit) et la porte d’entrée (à l’ocre ancien lors de la journée de mise en peinture avec le CAUE).

vitrauxchapelle

 

Prochain Conseil municipal

By | Actualités | No Comments

Le Conseil municipal se réunira le jeudi 29 novembre 2012 à 20h30 à la Mairie.

Ordre du jour :

Soumis à délibération

· Participation de la paroisse aux dépenses de chauffage du presbytère pour l’année 2012

· Restauration de la toile de l’église « Saint Jean-Baptiste rencontrant l’enfant Jésus » : modification de la délibération du 25.10.2012

· Décisions modificatives budgétaires

Non soumis à délibération

· Avancement du dossier Lotissement

· Rapports des Adjoints

· Informations diverses

· Questions diverses

Jury du fleurissement des villes et villages fleuris : Sougé confirmé

By | Actualités | No Comments

fleurissementdiplome

(diplôme de labellisation remis à Trélazé – 49 – le 16.11.2012)

La commune de Sougé, lors de la remise des Prix des « Villes et Villages fleuris » du Concours régional des Pays de la Loire, à Trélazé, a été confirmée dans sa catégorie 3 fleurs ***.

C’est une excellente nouvelle pour notre commune et pour le travail effectué par les employés techniques communaux – qui ont fait un excellent travail – sous la direction de Daniel Geslin, 1er adjoint.

En effet, un très important travail a été mené par la commission « aménagement-cadre de vie » pour apporter des modifications à notre politique de fleurissement et prendre en compte les commentaires lors du passage de la commission il y a 3 ans. De plus, et comme complément indispensable, une plaquette a été rédigée par la commission « communication-culture » par Pascal Monnier, 4ème adjoint qui a été beaucoup appréciée par le Jury lors de sa venue en juillet 2012. Cette belle plaquette recense beaucoup d’informations sur notre nouvelle façon de faire et nos nouvelles méthodes, inspirées de l’environnement durable et de l’éco environnementalité.

Les points positifs relevés par le jury sont :

* la prise en compte des commentaires formulés par le Jury régional lors de sa précédente visite (il y a 3 ans), la définition d’un plan de gestion différenciée, la diminution du nombre de bâches utilisées dans les aménagements paysagers, le travail de formation et de conseil initié à l’aide du Caue pour évoluer dans le label villes et villages fleuris ; les actions initiées en faveur de la biodiversité (rûche, hôtels à insectes …), le travail réalisé en faveur de la mise en accessibilité des espaces commerciaux et des services à la personne, la démarche de valorisation du petit patrimoine.

* Le Jury régional n’a pas observé de réels points négatifs : il convient principalement de poursuivre la dynamique engagée depuis la précedente visite.

La 3ème fleur est donc confirmée. bravo !

Travaux divers (relais télévision et assainissement rue des Tilleuls)

By | Actualités | No Comments

D’une part, le local renfermant le relais télévision a été entièrement isolé par l’extérieur, par les employés communaux. Situé à Mortefontaine, ce local, soumis aux fortes variations de température en hiver surtout (et en été …) a subi des travaux de réfection, suite aux remarques des personnes dont les foyers sont connectés à ce relais. Espérons que ceux ci régleront le problème des réceptions des ondes de la télévision …

localtv

 

D’autre part, conformément à la décision du Conseil en la matière, des travaux de modifications du réseau d’assainissement collectif rue des Tilleuls vont débuter rue des Charmes (prévus initialement par l’entreprise le 19.11.2012 mais reportés au 4.12.12). Il s’agit d’alléger les flux d’eaux usées arrivant au collecteur de la rue des Tilleuls afin d’éviter à l’avenir les inondations de plusieurs maisons situées en entrée de ce périmètre. Les travaux ont été confiés à la société SAUR.

Sainte Cécile, fête des musiciens

By | Actualités | No Comments

dscf5238

dscf5233

dscf5219

dscf5220

Comme chaque année, sainte Cécile, patronne des musiciens est dignement fêtée à Sougé puisque que la commune a la chance d’avoir une société de musique, depuis 1886.

Cette année donc, une messe en musique a été célébrée par l’abbé Chevalier, dirigée en musique par M. Lechat en lien avec la chorale paroissiale.

A la suite, une aubade a été donnée sur la place de l’église (sans la pluie) avant que chacun ne se réchauffe à la salle des Associations pour le vin d’honneur offert par la commune de Sougé.

Il a été rappelé que l’année 2012 a connu un changement de président à la tête de la société, Jean Paul Rabinand remplaçant M. Gaucher, suite à l’assemblée générale d’avant l’été, tenue en salle du Conseil municipal. Marcel Fiaudrin restant directeur avec l’entrain et la camaraderie qu’on lui connaît.

saintececile2012

 

 

Commémoration du 11 novembre 1918 : participation des enfants de l’école et des jeunes de la commune

By | Actualités | No Comments

dscf5212

dscf5215

11112012

(photo prise à l’issue de la cérémonie en présence des enfants, des Anciens combattants présidés par M. Trocherie, du Maire et des conseillers municipaux)

Après la messe des Anciens combattants organisée en l’église de saint Léonard des Bois, la cérémonie de commémoration du 11 novembre s’est tenue à Sougé le Ganelon.

A 11 h 20, sous un ciel particulièrement brumeux, le rendez vous était donné sur place de l’église pour la mise en place du cortège : Musique municipale, sapeurs pompiers, portes-drapeaux, enfants de l’école avec leurs parents et jeunes de la commune, élus, anciens combattants, habitants. Le cortège s’est dirigé en musique vers le monument aux Morts situé au cimetière où le dépôt de gerbes a été effectué par les enfants et jeunes rassemblés.

Après la lecture du message du ministre des Anciens combattants, une lettre d’un poilu (de René Pigeard à son père), datée de 1916, a été lu par Jean Baptiste devant l’assemblée nombreuse rassemblée au cimetière.

A la fin de la cérémonie d’hommages, les personnes présentes ont été invitées par le Maire, à découvrir les concessions Gontier restaurées.

A la suite, le cortège est reparti vers la place de l’église pour la traditionnelle aubade, avant le vin d’honneur servi à la salle des Associations.

Merci à tous ceux qui ont pu participer à cette manifestation du Souvenir et de la Mémoire, particulièrement aux enfants présents cette année.

——————————————–

René Pigeard avait vingt ans en 1914. Il était né dans l’Yonne et son père était contremaître et travaillait pour les Eaux de la Ville de Paris. Imprimeur dans la vie civile, René fut blessé à Verdun puis nommé caporal. Fait prisonnier en 1917, il mourut électrocuté en essayant de s’évader de son camp de prisonniers le 17 octobre 1917.

Le 27 août 1916,

Cher Papa,

Dans la lettre que j’ai écrite à Maman, je lui disais tout notre bonheur à nous retrouver « nous-mêmes » après s’être vus si peu de chose… à la merci d’un morceau de métal !…
Pense donc que se retrouver ainsi à la vie, c’est presque de la folie : être des heures sans entendre un sifflement d’obus au-dessus de sa tête… Pouvoir s’étendre tout son long, sur de la paille même… Avoir de l’eau propre à boire après s’être vus, comme des fauves, une dizaine autour d’un trou d’obus à nous disputer un quart d’eau croupie, vaseuse et sale ; pouvoir manger quelque chose de chaud à sa suffisance, quelque chose où il n’y avait pas de terre dedans, quand encore nous avions quelque chose à manger… Pouvoir se débarbouiller, pouvoir se déchausser, pouvoir dire bonjour à ceux qui restent … Comprends-tu, tout ce bonheur d’un coup, c’est trop. J’ai été une journée complètement abruti. Naturellement toute relève se fait de nuit, alors comprends aussi cette impression d’avoir quitté un ancien petit bois où il ne reste pas un arbre vivant, pas un arbre qui ait encore trois branches, et le matin suivant après deux ou trois heures de repos tout enfiévré voir soudain une rangée de marronniers tout verts, pleins de vie, pleins de sève, voir enfin quelque chose qui crée au lieu de voir quelque chose qui détruit !

Pense que de chaque côté des lignes, sur une largeur de un kilomètre, il ne reste pas un brin de verdure, mais une terre grise de poudre, sans cesse retournée par les obus : des blocs de pierre cassés, émiettés, des troncs déchiquetés, des débris de maçonnerie qui laissent supposer qu’il y a eu là une construction, qu’il y a eu des « hommes »… Je croyais avoir tout vu à Neuville. Eh bien non, c’était une illusion. Là-bas, c’était encore de la guerre : on entendait des coups de fusil, des mitrailleuses, mais ici rien que des obus, des obus, rien que cela ; puis des tranchées que l’on se bouleverse mutuellement, des lambeaux de chair qui volent en l’air, du sang qui éclabousse… Tu vas croire que j’exagère, non. C’est encore en dessous de la vérité. On se demande comment il se peut que l’on laisse se produire de pareilles choses. Je ne devrais peut-être pas décrire ces atrocités, mais il faut qu’on sache, on ignore la vérité trop brutale. Et dire qu’il y a vingt siècles que Jésus-Christ prêchait sur la bonté des hommes ! Qu’il y a des gens qui implorent la bonté divine ! Mais qu’ils se rendent compte de sa puissance et qu’ils la comparent à la puissance d’un 380 boche ou d’un 270 français !… Pauvres que nous sommes ! Nous tenons cependant, c’est admirable. Mais ce qui dépasse l’imagination, c’est que les Boches attaquent encore. Il faut avouer que jamais on aura vu une pareille obstination dans le sacrifice inutile : quand par hasard ils gagnent un bout de terrain, ils savent ce que ça leur coûte et encore ne le conservent-ils pas souvent.
J’espère aller bientôt vous revoir et on boira encore un beau coup de pinard à la santé de ton poilu qui t’embrasse bien fort.

René PIGEARD

 

 

Sougé « Mémoire et Patrimoine » : idée à creuser !

By | Actualités | No Comments

L’idée a été lancée lors du repas des Anciens par le Maire : créer une association pour la « mémoire et le patrimoine de Sougé » (cf. mot d’accueil dans l’article « repas des Anciens, en photos … voir ci-dessous »

Cette nouvelle association pourrait aider à la restauration du petit patrimoine de la commune, à l’exemple de la restauration, en 2013, de « saint jean Baptiste présenté à l’Enfant Jésus » (huile sur toile, XVIIIè, classé M.H.), décidée par le conseil municipal en sa séance d’octobre 2012. Elle pourrait organiser quelques évènements ou animations dans l’année qui permettraient de récolter des fonds.

Dans ce cadre, la Fondation du Patrimoine pourrait également aider la commune et l’association.

Toutes personnes intéressées par cette démarche peuvent se faire connaître en mairie.

——

extrait du mot d’accueil du Maire (repas des Anciens du 4.11.2012) :

Aussi, ainsi que je l’ai dit au Conseil municipal ; je lance ici l’idée de créer une association à but non lucratif type loi 1901 qui pourrait s’appeler « mémoire et patrimoine de Sougé ». Cette association pourrait nous aider à conserver, restaurer et faire connaître les richesses léguées par ceux qui nous ont précédés. Ces richesses méritent que l’on se mobilise pour les faire connaître mais aussi les transmettre dans de bonnes conditions. Regardez par exemple le succès, l’année dernière, de l’exposition des « savoirs faire des Sougéens » où plus de 180 personnes sont venues, regardez également le riche passé de notre commune en terme d’activité économique aujourd’hui disparue (le sabot par exemple) ou des inventeurs (comme la mono bloc …) : je suis sûr que nous pourrions découvrir des choses intéressantes et profiter des témoignages de ceux qui ont connu ce passé. Aussi, cette idée je la lance aujourd’hui et c’est un sujet qui me tient à cœur avec l’appui du Conseil municipal mais c’est à chacun de se mobiliser pour la concrétiser. Je suis disponible pour en parler avec toutes les personnes intéressées afin que nous avancions sur ce sujet …
Lors de la séance du Conseil municipal d’octobre, nous avons pris la décision de restaurer une très belle peinture à huile sur toile du XVIIIè siècle accrochée dans l’église et endommagée. Le coût pour la commune est de 3000 € ttc avec 70 % de subventions espérés : si nous pouvions, par cette association à créer, lancer une souscription publique, nous pourrions bénéficier d’une aide supplémentaire de la Fondation du patrimoine pour les 30 % restants à charge de la commune. Voilà une 1ère idée …

Repas des Anciens, en photos …

By | Actualités | No Comments

Dimanche 4 novembre 2012 s’est tenu le traditionnel repas des Anciens organisé par le CCAS. Le programme était le suivant : messe en l’église saint Martin, remise de plateau repas au doyen d’âge absent (à domicile), discours et repas avec animation dansante à la salle polyvalente.

dscf5173

visite du Maire à M. Mme Arsène LAMARE 

dscf5166

dscf5179

le mot de bienvenue du Maire, avec les jeunes de la commune, chargés du service de table

dscf5180

 

 

remise des cadeaux aux doyens présents, Mme Simone Rondeau, née en 1919 et M. Gaston GOdeau, né en 1925

les conteurs et les chanteurs :

 

 

dscf5184

dscf5188

dscf5190

 

Repas des Anciens Dimanche 4 novembre 2012
Salle polyvalente – 12 h 30

 

 

Mot du Maire :

Mesdames et Messieurs les Membres du Centre communal d’action sociale et du Conseil municipal,
M. l’Abbé Chevalier,
Mesdames et Messieurs,
Chers amis,

Comme chaque année, à la même époque, nous avons la joie de nous retrouver pour cette traditionnelle journée qui vous est réservée par le Centre Communal d’Action Sociale. Le CCAS, composé de conseillers municipaux et de personnes résidant sur la commune organise chaque année ce « repas des Aînés » et cet après midi de retrouvailles et de détente : je vous souhaite, en son nom, la bienvenue.

Je remercie donc les Membres du CCAS pour leur travail puisqu’ils choisissent :

– les nourritures solides et liquides de ce déjeuner,
– la décoration des tables toujours très appréciée à laquelle participent les Résidents d’Anaïs pour les compositions florales que je remercie pour leur travail toujours très soigné,
– la photo du menu.

Cette année, la photo du menu vous montre un rassemblement festif, peut être familial, qui s’est déroulé sans doute au début du XXè siècle au Gué Ory. Malheureusement, il est fort à craindre que les personnes photographiées sur cette carte n’aient pu être présentes aujourd’hui … d’où l’expression bien connue : il vaut mieux les avoir en photo qu’à table !

Ce qui m’amène à vous dire que je suis très heureux que vous soyez présents en nombre ce midi en ayant une pensée toute particulière pour nos disparus et pour tous ceux qui n’ont pu venir pour raison de santé ou de calendrier.

Je salue nos doyens présents, Mme Simone Rondeau et M. Gaston Godeau à qui je souhaite une bonne journée. Je salue également l’Abbé Chevalier, toujours fidèle à notre rassemblement ainsi que nos anciens Maires, Mme Paulette Chauveau et Jean Claude Lebossé.
Tout à l’heure, nous avons rendu visite, comme l’an passé, à M. et Mme Lamare, à la Basse Robinière pour leur porter un repas chacun, M. Arsène Lamare étant notre doyen d’âge. Il vous transmet son bonjour.

Ce repas pris en commun est une des animations de l’année, sur notre commune. Il y en a bien d’autres organisées notamment par le club des Aînés ruraux, présidé par Daniel Geslin, qui permet de vous réunir et de vous distraire, en brisant sans doute parfois la solitude. Notre commune est riche de beaucoup d’associations qui – selon vos goûts et vos disponibilités – sont ouvertes aux nouveaux membres. N’hésitez pas à vous y investir si vous le souhaitez.

La commune, qui subventionne toutes les associations communales, dispose également d’un point bibliothèque proche de la Mairie. Ce service – proposé à la population pour une cotisation annuelle très modique de 3 € en individuel – vous permet d’emprunter des livres et des magazines : il est aujourd’hui sous utilisé et c’est dommage. Des bénévoles – que je remercie pour leur disponibilité – donnent de leur temps pour tenir des permanences en semaine. Rendez leur visite aux heures d’ouverture afin de montrer l’utilité de ce service qui a besoin de vous si nous voulons le conserver …

Le samedi 6 octobre dernier, devant une assemblée nombreuse, nous avons inauguré la maison médicale rue des Acacias, là ou exercent dorénavant le Docteur et le cabinet d’infirmiers. Ce bâtiment moderne et pratique – d’une surface de 205 m2 – a été financé à 100 % par la Communauté de communes des Alpes Mancelles pour un montant de 400 000 €ttc.
S’il bénéficie à notre commune puisqu’il a été construit chez nous, il sert également aux communes alentour en permettant d’offrir aux patients une offre de soin renforcée, c’est donc un vrai plus. En effet, Mme Devezin, podologue, s’est installée en septembre et Mme Fillon, psychologue, la rejoindra en janvier 2013. La présence de ces deux acteurs de santé supplémentaires vient en complémentarité de la pharmacie et des services existants déjà sur notre zone de Mortefontaine.
A noter également que nous avons eu la chance que le terrain constructible où se trouve aujourd’hui la maison médicale – idéalement situé et cédé à la Communauté de communes pour l’€ symbolique – ait été réservé par les conseils municipaux précédents, à un projet « économique », ce qui a permis d’aboutir au projet de la maison médicale. Ainsi, vous pouvez constater une parfaite continuité dans le choix des projets au service des habitants au fil des années.

La commune a, quant à elle, refait le trottoir rue des Acacias, crée une accessibilité par rampe près de la Poste pour aller à la pharmacie et mis en place un passage entre le parking de l’Intermarché et la rue, avec un passage pour les piétons.

Un certain nombre d’entre vous se souviennent sans doute de la famille Gontier qui demeura à la Castine, rue des Forges. En son temps, cette famille a été accommodante avec la commune de Sougé (cession de terrains, chauffage dans l’église, vitraux, cloches …).
En date du 29 avril 1977, Mme Germaine Gontier procédait à une donation entre vifs et en nue propriété d’une parcelle de 2 ha ½ dénommée les champs au profit de la commune de Sougé. Cette donation ayant reçu l’accord du Conseil municipal en date du 6 juin 1977, M. Douet étant alors Maire.

Ce legs était consenti moyennant l’obligation faite à la commune de Sougé d’entretenir un certain nombre de concessions funéraires après le décès de Mme Gontier intervenu le 2 février 1987, à l’âge de 94 ans.

Si vous vous rendez au cimetière, vous constaterez que le Conseil municipal a fait procéder au nettoyage de la concession funéraire où est inhumée Mme Veuve Germaine Gontier, sa fille Marie Louise et Mme Deschamps, sa belle mère ainsi que 2 autres concessions répertoriées dans les conditions du legs de 1977 qui oblige la commune à entretenir les tombeaux.

Il reste à s’occuper de la concession perpétuelle de M. André Gontier, ancien Conseiller référendaire à la Cour des Comptes, décédé à Paris le 16 mars 1950 à l’âge de 66 ans, inhumé au cimetière Montparnasse. C’est en cours. Concession que je suis allé constater moi-même dernièrement, sur place. Je vous rappelle que le père de ce dernier, M. Joseph Gontier, fut maire de Sougé de 1908 à 1919, mandat incluant la période dramatique de la Grande guerre de 1914.

A la fin de la cérémonie au Monument aux Morts du 11 novembre prochain, je vous inviterai à découvrir ces concessions restaurées.

A ce sujet, il est demandé aux jeunes de la commune de bien vouloir participer dimanche prochain 11 novembre à la cérémonie d’hommages aux victimes de la guerre 1914 1918 où un texte sera lu par un jeune de la commune. Rendez vous donc place de l’église à 11 h 20.

L’exemple des concessions Gontier restaurées est un des exemples de l’intérêt que nous portons à notre patrimoine (je pourrai également citer le sauvetage de la chapelle sainte Marguerite qui, sans l’intervention de mon prédécesseur et de son Conseil serait aujourd’hui un tas de pierre) : notre commune possèdent des richesses historiques et patrimoniales parfois méconnues : puits couverts, croix, lavoirs, une église avec des objets mobiliers remarquables (la plupart étant classé au titre des monuments historiques), chapelles … Aussi, ainsi que je l’ai dit au Conseil municipal ; je lance ici l’idée de créer une association à but non lucratif type loi 1901 qui pourrait s’appeler « mémoire et patrimoine de Sougé ». Cette association pourrait nous aider à conserver, restaurer et faire connaître les richesses léguées par ceux qui nous ont précédés. Ces richesses méritent que l’on se mobilise pour les faire connaître mais aussi les transmettre dans de bonnes conditions. Regardez par exemple le succès, l’année dernière, de l’exposition des « savoirs faire des Sougéens » où plus de 180 personnes sont venues, regardez également le riche passé de notre commune en terme d’activité économique aujourd’hui disparue (le sabot par exemple) ou des inventeurs (comme la mono bloc …) : je suis sûr que nous pourrions découvrir des choses intéressantes et profiter des témoignages de ceux qui ont connu ce passé. Aussi, cette idée je la lance aujourd’hui et c’est un sujet qui me tient à cœur avec l’appui du Conseil municipal mais c’est à chacun de se mobiliser pour la concrétiser. Je suis disponible pour en parler avec toutes les personnes intéressées afin que nous avancions sur ce sujet …
Lors de la séance du Conseil municipal d’octobre, nous avons pris la décision de restaurer une très belle peinture à huile sur toile du XVIIIè siècle accrochée dans l’église et endommagée. Le coût pour la commune est de 3000 € ttc avec 70 % de subventions espérés : si nous pouvions, par cette association à créer, lancer une souscription publique, nous pourrions bénéficier d’une aide supplémentaire de la Fondation du patrimoine pour les 30 % restants à charge de la commune. Voilà une 1ère idée …

Au mois d’août 2012, nous changions de boulangers avec l’arrivée de M. et Mme Voisin pour qui cette expérience est nouvelle. Nous espérons qu’ils trouveront dans notre commune le plaisir d’y travailler et qu’ils feront d’excellentes affaires car, la boulangerie, dans une commune, c’est un service indispensable.

Parmi tous nos commerçants et artisans qui dynamisent notre commune, notre Intermarché contact fonctionne bien, c’est un commerce très important pour l’autonomie de chacun. Sans vouloir faire de pub, je vous dis quand même qu’il faut en profiter pour y faire ses courses.

Notre projet de lotissement avance, c’est une démarche longue, technique et coûteuse mais le Conseil municipal est unanime pour dire qu’elle est indispensable pour conserver nos services à l’avenir. C’est un projet qui nous engage pour les années futures. Nous l’avons découpé en 4 tranches. Nous sommes entrain de travailler sur la 1ère tranche en sélectionnant la Maîtrise d’Oeuvre, c’est-à-dire le cabinet d’études qui va rédiger le plan, chiffrer les coûts et suivre les travaux. 2013 va être consacré à la phase administrative et 2014 (après l’été) aux travaux de viabilisation. Nous avons souhaité nous entourer de conseils en la matière (Conseil d’architecture et d’urbanisme de la Sarthe, puis Sarthe habitat) tant ce projet est important, tant sur le plan du développement du bourg que sur le plan financier.

Pour mener à bien ce projet d’investissement, nous avons besoin d’argent : c’est pourquoi le Conseil municipal, après le départ des derniers locataires, a décidé de mettre en vente le logement de la Poste puisque qu’aucun Receveur, de nos jours, ne souhaite habiter sur place. Pour tous renseignements à ce sujet, s’adresser à la Mairie.

Des logements sociaux adaptés au maintien à domicile sont confirmés par Sarthe Habitat qui les financera à 100 % (soit environ 960 000 €) puisque j’ai demandé à ce qu’il y ait 8 pavillons sur le nouveau lotissement de la plaine des Boulaies. La commune mettra à disposition les terrains nécessaires. Les personnes intéressées peuvent retirer un dossier en mairie qui sera ensuite transmis à Sarthe Habitat. Il reste des places.

Dans un autre registre, notre commune devrait être confirmée dans son classement 3 fleurs *** au « Concours régional des villes et villages fleuris ». Nous nous sommes donnés beaucoup de mal pour y parvenir et conserver notre classement car les critères de sélection évoluent. J’en profite pour souligner le travail des employés communaux et du 1er adjoint sur cette action. Chacun de nous, qu’il habite le bourg, le Gué Ory ou en campagne doit se sentir fier de cette récompense car Sougé est connu et reconnu pour son fleurissement et doit le demeurer aussi longtemps que possible.

En janvier prochain, les vœux du Maire et du Conseil municipal se tiendront le 2ème vendredi de janvier (et non le 1er), soit le 11 janvier 2013. Merci de retenir cette date.
Notre site internet communal fonctionne bien : pour les spécialistes de l’ordinateur (j’en connais ici), n’hésitez pas à aller vous connecter et ainsi lire les nouvelles et regarder des photos …

Les temps sont durs pour tout le monde : aînés, familles, jeunes … dans ce climat de crise économique très grave, nous avons un œil sur nos entreprises qui souffrent, comme beaucoup d’autres, de la morosité ambiante. Nous espérons que ce cap difficile pourra être passé sans embûches et faisons confiance à leurs dirigeants et à leur personnel.

Mais aujourd’hui, nous sommes là pour oublier nos soucis et passer ensemble un bon moment entre nous. Avant d’en terminer car la faim vous tenaille pour vous et la soif pour moi, car causer donne soif, je souhaite vous présenter nos jeunes qui vont vous servir avec toute leur bonne volonté. Il s’agit :

d’Estelle Camus, Noémie Francou, Yohann Lépinay, Audrey Lhuissier, Léa Pimenta, Angélique Trocherie, Amandine Da Silva (confirmation attendue) Justine Afonso (si au moins autant d’inscrits que l’an dernier).

Le repas a été livré par la Maison Durand de Fresnay, géré ici en cuisine par Mmes Angèle et Josiane Desalay, l’apéritif vous est offert par M. Mme Francou, de l’Hôtel du Pont au Gué Ory, le tout coordonné par Daniel Boblet au nom du C.c.a.s. Qu’ils en soient tous remerciés.

Bon appétit et bon après midi à vous !

Philippe Rallu
Maire de Sougé le Ganelon.