Commémoration du 11 novembre 1918 : participation des enfants de l’école et des jeunes de la commune

By 12 novembre 2012 Actualités

dscf5212

dscf5215

11112012

(photo prise à l’issue de la cérémonie en présence des enfants, des Anciens combattants présidés par M. Trocherie, du Maire et des conseillers municipaux)

Après la messe des Anciens combattants organisée en l’église de saint Léonard des Bois, la cérémonie de commémoration du 11 novembre s’est tenue à Sougé le Ganelon.

A 11 h 20, sous un ciel particulièrement brumeux, le rendez vous était donné sur place de l’église pour la mise en place du cortège : Musique municipale, sapeurs pompiers, portes-drapeaux, enfants de l’école avec leurs parents et jeunes de la commune, élus, anciens combattants, habitants. Le cortège s’est dirigé en musique vers le monument aux Morts situé au cimetière où le dépôt de gerbes a été effectué par les enfants et jeunes rassemblés.

Après la lecture du message du ministre des Anciens combattants, une lettre d’un poilu (de René Pigeard à son père), datée de 1916, a été lu par Jean Baptiste devant l’assemblée nombreuse rassemblée au cimetière.

A la fin de la cérémonie d’hommages, les personnes présentes ont été invitées par le Maire, à découvrir les concessions Gontier restaurées.

A la suite, le cortège est reparti vers la place de l’église pour la traditionnelle aubade, avant le vin d’honneur servi à la salle des Associations.

Merci à tous ceux qui ont pu participer à cette manifestation du Souvenir et de la Mémoire, particulièrement aux enfants présents cette année.

——————————————–

René Pigeard avait vingt ans en 1914. Il était né dans l’Yonne et son père était contremaître et travaillait pour les Eaux de la Ville de Paris. Imprimeur dans la vie civile, René fut blessé à Verdun puis nommé caporal. Fait prisonnier en 1917, il mourut électrocuté en essayant de s’évader de son camp de prisonniers le 17 octobre 1917.

Le 27 août 1916,

Cher Papa,

Dans la lettre que j’ai écrite à Maman, je lui disais tout notre bonheur à nous retrouver « nous-mêmes » après s’être vus si peu de chose… à la merci d’un morceau de métal !…
Pense donc que se retrouver ainsi à la vie, c’est presque de la folie : être des heures sans entendre un sifflement d’obus au-dessus de sa tête… Pouvoir s’étendre tout son long, sur de la paille même… Avoir de l’eau propre à boire après s’être vus, comme des fauves, une dizaine autour d’un trou d’obus à nous disputer un quart d’eau croupie, vaseuse et sale ; pouvoir manger quelque chose de chaud à sa suffisance, quelque chose où il n’y avait pas de terre dedans, quand encore nous avions quelque chose à manger… Pouvoir se débarbouiller, pouvoir se déchausser, pouvoir dire bonjour à ceux qui restent … Comprends-tu, tout ce bonheur d’un coup, c’est trop. J’ai été une journée complètement abruti. Naturellement toute relève se fait de nuit, alors comprends aussi cette impression d’avoir quitté un ancien petit bois où il ne reste pas un arbre vivant, pas un arbre qui ait encore trois branches, et le matin suivant après deux ou trois heures de repos tout enfiévré voir soudain une rangée de marronniers tout verts, pleins de vie, pleins de sève, voir enfin quelque chose qui crée au lieu de voir quelque chose qui détruit !

Pense que de chaque côté des lignes, sur une largeur de un kilomètre, il ne reste pas un brin de verdure, mais une terre grise de poudre, sans cesse retournée par les obus : des blocs de pierre cassés, émiettés, des troncs déchiquetés, des débris de maçonnerie qui laissent supposer qu’il y a eu là une construction, qu’il y a eu des « hommes »… Je croyais avoir tout vu à Neuville. Eh bien non, c’était une illusion. Là-bas, c’était encore de la guerre : on entendait des coups de fusil, des mitrailleuses, mais ici rien que des obus, des obus, rien que cela ; puis des tranchées que l’on se bouleverse mutuellement, des lambeaux de chair qui volent en l’air, du sang qui éclabousse… Tu vas croire que j’exagère, non. C’est encore en dessous de la vérité. On se demande comment il se peut que l’on laisse se produire de pareilles choses. Je ne devrais peut-être pas décrire ces atrocités, mais il faut qu’on sache, on ignore la vérité trop brutale. Et dire qu’il y a vingt siècles que Jésus-Christ prêchait sur la bonté des hommes ! Qu’il y a des gens qui implorent la bonté divine ! Mais qu’ils se rendent compte de sa puissance et qu’ils la comparent à la puissance d’un 380 boche ou d’un 270 français !… Pauvres que nous sommes ! Nous tenons cependant, c’est admirable. Mais ce qui dépasse l’imagination, c’est que les Boches attaquent encore. Il faut avouer que jamais on aura vu une pareille obstination dans le sacrifice inutile : quand par hasard ils gagnent un bout de terrain, ils savent ce que ça leur coûte et encore ne le conservent-ils pas souvent.
J’espère aller bientôt vous revoir et on boira encore un beau coup de pinard à la santé de ton poilu qui t’embrasse bien fort.

René PIGEARD

 

 

Leave a Reply