Jubilé de palissandre

By 28 juillet 2019Actualités

(cliquer sur les images ci dessus pour agrandir).

D’autres photos sous ce lien à copier/coller dans le navigateur (crédit photo : paroisse) :

https://photos.google.com/share/AF1QipObh-eCeIG4YDhFs0cKbY3kTLu0FKEWVDKqr7azUfVANbyDndtqn3u_g0j5JUIrCA?key=c29TTlBjZE1tU3RNVjlaREtRaXBmWkxNUkhsb0pn

Ce dimanche 28 juillet 2019, foule à Sougé le Ganelon pour la célébration du jubilé de palissandre de l’abbé Maurice Chevalier (65 ans de Ministère) et 90 ans d’âge.

La messe a été célébrée à 10 h 30 en présence des abbés de Bodard et Choi (paroisse de Fresnay) et Félix (paroisse de Gorron) et en présence de la famille de l’abbé Maurice Chevalier.

A la fin de l’office suivi par plus de 300 personnes, le Maire a retracé le parcours de l’abbé Chevalier (cf. mot du Maire ci-dessous).

Puis l’assemblée s’est dirigée vers le jardin du polysport pour prendre l’apéritif offert par la Municipalité de Sougé le Ganelon, sous un soleil agréable. A la suite, 220 personnes déjeunaient à la salle polyvalente contigüe d’un repas préparé par la Maison Tacheau et organisé par les bénévoles de la paroisse, sous la conduite de Mme Guilmeau.

Repas ponctué par des temps « récréatifs » : histoire, chants, … et remise traditionnelle de cadeaux avant le gâteau d’anniversaire.

Les 8 communes de la paroisse de Sougé ont offert une sculpture en cuivre représentant Maurice Chevalier saluant la croix, canotier levé à la main droite (création spéciale 2019 demandée à Jacques Tronquet, dinandier, La Chapelle de Bragny – 71240). Un clin d’oeil humoristique …

Chacun a pu faire également un don à l’urne prévue à cet effet.

Sculpture en cuivre représentant Maurice Chevalier, canotier à la main à la manière de l’artiste de music hall, saluant la croix. Création originale – 2019. @Jacques Tronquet, dinandier, la Chapelle de Bragny (71).

Jubilé de palissandre
Monsieur l’Abbé Maurice Chevalier
Curé de la paroisse de Sougé – Dimanche 28 juillet 2019 – 10 h 30
Discours à l’issue de la Messe jubilaire

mot du Maire

Mesdames Messieurs,
Cher ami,

Merci à M. l’Abbé Gaëtan de Bodard d’être présent à cette cérémonie jubilaire. Merci au Père André (paroisse de Fresnay) et au Père Félix (paroisse de Gorron) d’être là également.

Monseigneur l’Evêque retenu par d’autres engagements vous prie de bien vouloir l’excuser.

Merci à votre famille, M. l’Abbé, d’être là auprès de vous comme elle le fut en juin 2014 pour votre Jubilé de Diamant, dans cette même église saint Martin de Sougé.
Merci à tous ici (présents ou en pensée) d’accompagner notre ami l’abbé Chevalier pour cet évènement exceptionnel.

C’est avec une grande joie que la Municipalité de Sougé s’associe aujourd’hui, ce dimanche 28 juillet 2019, à la célébration de votre Jubilé et avec tous les participants à cette cérémonie, nous sommes heureux de vous honorer pour votre ordination il y a 65 ans, le 12 juin 1954 exactement.

En effet, peu de prêtres ont la joie de célébrer leur Jubilé de Palissandre mais que ceci arrive dans notre commune est doublement unique.
J’associe mes collègues Maires de la paroisse de Sougé aux salutations exprimées et je suis heureux qu’ils aient bien voulu honorer notre Abbé de leur présence ou de leur pensée et, à travers eux et cette cérémonie, tous les paroissiens et administrés de nos communes respectives.

Vous êtes né le 27 juillet 1929 au Mans, 9 rue de la Montagne (paroisse de st Liboire) le jour même où le président Poincaré démissionnait de la Présidence du Conseil. Mais cela n’a rien à voir à l’affaire qui nous tient dans l’instant.

Vous êtes baptisé le 30 juillet. Ecole maternelle à saint Liboire, études primaires à l’école des Mûriers à partir de 1935, au Mans. Le 12 mai 1940, communion solennelle. De 1941 à 1944, à la chapelle du Chêne près de Sablé, vous vous préparez au sacerdoce. Le 19 mai 1944, en soirée, vous vous souvenez de l’embrasement du ciel à cause du bombardement de la poudrière de Précigné. En 1944, c’est la rentrée au petit séminaire de La Flèche, puis à celui de Verneil le Chétif en 1947. De 1948 à 1951, vous êtes accueilli au grand Séminaire avec une interruption pour le service militaire qui vous avez effectué à Colmar.
Le 30 mai 1953, votre engagement au service de l’église se fait par l’ordination au sous diaconat. Le 20 décembre de la même année, c’est l’ordination au diaconat.
Le 12 juin 1954, c’est l’ordination presbytérale à la cathédrale du Mans. Mgr Grente, dont vous conservez un fervent souvenir, étant évêque du Mans, futur archevêque et cardinal, Membre de l’Académie Française.

Vous animez votre première messe le 13 juin en l’église st Liboire, celle précisément de votre enfance.

Puis vous entamez un parcours de curé de campagne au gré de l’appel à des responsabilités pastorales en paroisse. Ce parcours vous mènera de Sillé le Guillaume à Sougé en empruntant beaucoup de chemins différents, à la rencontre des communautés rurales dont vous aurez – tour à tour – la charge.
C’est ainsi que vous serez vicaire à Sillé de 1954 à 1957 puis au Mans -à st Aldric – de 1957 à 1961. L’année 1961 vous verra à Montfort le Génois puis à saint Calais jusqu’en 1965. Vous êtes curé de Douillet Montreuil de 1965 à 1971 puis de Vallon sur Gée jusqu’en 1980. De 1981 à 1991, vous êtes nommé à la Ferté Bernard pour le service de la paroisse de Tuffé puis du secteur du Val d’Huisne.
En 1991, vous êtes affecté à la cure de Sougé avec la charge des communes d’Assé, Douillet, Gesnes et Moulins auxquelles s’adjoignent les communes de st Léonard, saint Paul et saint Georges en 1998.

Ces 8 clochers réunis constituaient une nouvelle paroisse imaginée par Mgr Gilson, évêque du Mans, et rendue officielle par Mgr Faivre lors de sa visite sur notre commune en octobre 1998.

Je suis sûr qu’en ce moment même l’homme de Foi que vous êtes se souvient du jeune homme de 25 ans que vous étiez alors : ému sans doute, impressionné sûrement par l’évènement que vous vous apprêtiez à vivre et qui allait marquer le début de votre vie d’homme dans votre Ministère.

Et à présent, remontant le fil du temps, vous répétez peut être les mots que saint Augustin s’adressait à lui-même : « mon enfance évanouie est dans le passé, évanoui comme elle. Mais quand j’y pense, quand j’en parle, je revois son image dans le temps présent, parce qu’elle est encore dans ma mémoire ».  Ce jeune homme que vous étiez il y a 65 ans ne se doutait pas qu’il aurait l’occasion de passer une grande part de sa vie sacerdotale dans nos communes rurales pour arriver ici à Sougé, sous la protection de la sainte Vierge que vous affectionnez tout particulièrement, de sainte Thérèse et de saint Martin.

Aussi, je crois pouvoir dire que plusieurs générations qui vous ont connu se sont attachés à vous, vous apprécient et vous ont adoptés depuis longtemps. Vous avez su, au cours de toutes ces années, vous intégrer à la vie de nos communes, participer à nos manifestations publiques et patriotiques, répondre favorablement aux invitations qui vous ont été faites, prendre une part active à la vie de la communauté.

Chacun apprécie votre qualité d’écoute, votre simplicité, votre disponibilité, votre tolérance, votre attention aux autres n’hésitant pas à aller voir les malades à l’hôpital pour les réconforter.

M. l’Abbé : vous êtes un homme bon, vous êtes un homme avec une belle beauté d’âme …

Vous avez toujours entretenu de cordiales relations avec les différentes municipalités que vous avez connues, puisque s’agissant spécifiquement de Sougé, vous avez côtoyé pas moins de 4 Maires ! Le record absolu étant détenu par la Reine d’Angleterre ayant connu 15 premiers Ministres.

Et ce qui nous honore également aujourd’hui, c’est que vous tenez à rester parmi nous et habiter le presbytère communal. En effet, chacun est ravi de vous voir dans le bourg et assurer de nombreux offices ici et dans les églises voisines.

D’ailleurs M. l’Abbé, si vous permettez cette appellation d’amitié, à bien y réfléchir, nos fonctions à vous et à nous Maires ne sont pas si différentes. L’un comme l’autre nous marrions les jeunes gens, nous enregistrons les naissances et les décès … Vous recueillez les états d’âme de vos paroissiens, les maires recueillent les doléances de leurs administrés et parfois les deux se rejoignent chez nos contemporains.

Ce qui nous distingue, c’est que nous ne rendons pas compte à la même Autorité …

C’est pourquoi, au nom de tous ici, je tenais à vous rendre hommage aujourd’hui, et pas seulement de la manière dont on honore un ami en prononçant un discours à l’occasion de son anniversaire mais également en tant de Maire (en y associant mes collègues) représentant ainsi tous les habitants de nos communes au nom desquels nous vous adressons toutes nos félicitations pour vos 65 années de sacerdoce. Et permettez-moi de vous avouer que je suis un peu jaloux de vous car je suis sûr que mon mandat n’égalera jamais le vôtre en durée !

Au fil des ans, je vous avouerai que certains de vos paroissiens disent même que, comme le bon vin, vous vous bonifiés avec le temps.
Ceci ne me surprend pas et je ne résiste pas au plaisir de vous dire : « bonum vinum et musica laetificaent cor hominis » que le fin latiniste que vous êtes traduira par : « le bon vin comme la musique réjouissent le cœur de l’homme ». Renseignement pris auprès de spécialistes faisant autorité en la matière, cette citation vaut également pour le whisky mais est plus difficile à traduire …

M. l’Abbé, recevez tous nos remerciements renouvelés pour les services rendus pendant ces longues années aux services de nos communes et de ses habitants et toutes nos félicitations pour ce bel anniversaire que je qualifierai de double car votre anniversaire, c’était hier 27 juillet pour vos 90 ans.

Je ne veux pas terminer sans adresser à un grand merci à tous ceux qui ont organisés cette journée je ne peux les citer tous mais ils se reconnaîtront.
Un merci tout particulier à Bernadette pour sa mission auprès de vous au quotidien.

Je vous souhaite à tous de poursuivre cette journée de fête dans la convivialité et la joie profonde que nous éprouvons tous à être si nombreux réunis aujourd’hui autour de notre cher jubilaire.
Je vous invite à partager le vin d’honneur offert par la commune de Sougé dans le jardin du poly sport, près de la salle polyvalente « Gilbert Chauveau » où se déroulera le déjeuner pour ceux qui s’y sont inscrits.

Leave a Reply