Skip to main content
Category

Divers

sainte Barbe 2017 & 80 ans du Centre de secours de Sougé (photos)

By Divers Pas de commentaire

Remise de médaille de Bronze (10 ans de volontariat) par le Maire Philippe Rallu à Sébastien Rey y Coral.

Bilan opérationnel 2017 par le lieutenant Olivier Crison, chef de Centre

Les médaillés 2017 : SPV Grudé, Vaillant, Rey y Coral, Dugué. Bellanger Serge (absent).

L’effectif des sapeurs pompiers de Sougé

Intervention du Lieutenant Guy. Bilan opérationnel départemental.

Gâteau d’anniversaire des 80 ans du Centre de secours, lors du banquet qui a suivi la sainte Barbe 2017

sainte Barbe : mot du Maire, remise du Prix à Hutchinson « employeur partenaire des sp »

By Divers Pas de commentaire

Les sapeurs pompiers de Sougé avec les Lieutenants O. Crison, chef de Centre et Guy, Compagnie de Mamers, avec les Maires de Sougé, Philippe Rallu, d’Assé, Jean Louis Breton, saint Léonard des Bois, Pascal Delpierre et Fresnay sur Sarthe, Fabienne Labrette Ménager. En présence de M. Brillant, dg Hutchinson Sougé recevant le Prix d’entreprise partenaire des SP.

M. Brillant, directeur général de l’usine Hutchinson de Sougé (550 emplois) et Philippe Rallu, Maire de Sougé lors de la remise du Prix départemental « employeur partenaire des sapeurs pompiers »

 

Résumé opérationnel 2017 (Olivier Crison, chef de Centre)

au plan local

210 interventions, soit 40 % de plus qu’en 2016

principales missions : secours à personne, incendies, destruction de nids

accidents de la route : 23 (contre 10 en 2016)

remise de Médaille : Bronze (10 ans de service) : Adj. Chef Dugué David ; Grudé Julien ; Rey y Coral Sébastien. Vermeil (25 ans de service) : Vaillant Hervé.

nouvelles recrues : Collet Kévin ; Besnier Corentin.

au plan départemental : 24 673 interventions (au 31.10.17) ; soit en moyenne 81 interventions/jour (augmentation de 4.3 %) ; secours aux personnes : 19 109 interventions (augmentation de 7 %). Le Sdis en chiffres : 2 394 agents dont 294 sp pro et 2097 sp volontaires, 6 volontaires civiques, 78 personnels adminsitratifs et techniques. 76 centres de secours. Budget 2017 : 44 648 520 € financé par le Conseil départemental, le Mans Métropole, les communes et communautés de communes de la Sarthe (si transfert de compétence).

Discours Sainte-Barbe 2017

Salle polyvalente « Gilbert Chauveau »

Samedi 2.12.2017 – Mot du Maire

Madame la vice-Présidente du Conseil départemental,

M. le Représentant du Sdis, Lieutenant Guy

Messieurs les Maires,

Mesdames MM. les élus

Monsieur le Chef de centre, Lieutenant Crison

Chers pompiers du centre de secours de Sougé,

Mesdames et Messieurs,

En mon nom, et en celui des élus présents, je tiens à vous exprimer tout notre plaisir à être parmi vous pour célébrer votre sainte patronne aujourd’hui.

La Sainte Barbe 2017 est une date particulière : il est d’autant plus important de nous retrouver toutes et tous ensemble. Rappelons-nous : cela fait un an que notre pays a été durement touché par le drame des attentats qui ont donné lieu, il y a quelques semaines, à de sobres cérémonies de commémoration présidées par le Président de la République.

 Nous n’oublions pas le rôle éminent des acteurs de la sécurité et des secours dans ces moments tragiques où nous fûmes confrontés au pire.

Pour autant, ces drames ont également révélé le meilleur de nos concitoyens : l’entraide, la solidarité, la mobilisation citoyenne.

Autant de mots qui raisonnent particulièrement pour vous, sapeurs-pompiers, qui les faites vivre au quotidien !

Ce fut également le cas dans l’incendie qui a en partie ravagé, dans la nuit du 6 au 7 janvier 2017, la maison d’habitation de la famille Alain Drou, ici, sur notre commune.

Entraide de voisins, solidarité de la population et de la commune, mobilisation des pompiers …

Nos pensées chaleureuses accompagnent également toutes celles et ceux, sapeurs-pompiers et plus largement acteurs du secours et de la sécurité qui, au plan national, ont été blessés dans l’exercice de leurs fonctions. Ayons une pensée également pour ceux qui ont payé de leur vie leur engagement, ainsi qu’à leur famille.

Votre chef de centre nous a dressé le bilan opérationnel de l’année : nous constatons que l’engagement des sapeurs- pompiers revêt un caractère essentiel dans nos territoires ruraux puisque le nombre des interventions ne cesse d’augmenter dans un contexte d’effectifs restreint.

Pour cela, je salue l’engagement des nouvelles recrues et la féminisation des effectifs qui viennent rejoindre notre Centre de secours.

Au plan départemental, il y quelques semaines, le Président du Sdis, le sénateur Jean Pierre Vogel, a cédé sa place au Président du Conseil départemental, Dominique Le Méner.

La commune de Sougé verse au Sdis la somme annuelle de 15 000 € et met à disposition un employé communal pour les sorties opérationnelles, avec maintien de salaire. C’est un engagement important pour nous et qui marque l’importance primordiale que nous donnons au fonctionnement de notre centre.

Au nom du Conseil municipal, je remercie l’entreprise Hutchinson pour son implication dans la sécurité civile, avec 11 salariés sp, renforçant de façon primordiale notre couverture de protection. La remise du Prix départemental « employeur partenaire des sapeurs pompiers »  témoigne de l’engagement sur la durée et de l’implication de l’entreprise.

Je remercie le lieutenant Olivier Crison pour son action et les excellentes relations que nous entretenons, dans un dialogue constant.

Permettez-moi de vous souhaiter à toutes et tous, une excellente Sainte-Barbe et de bonnes fêtes de fin d’année.

Philippe Rallu

Maire de Sougé le Ganelon

Vice-Président délégué – CCHSAM

Pot de départ, avant le Conseil municipal

By Divers Pas de commentaire

Nelly Le Moine, Philippe Rallu & les Membres du Conseil municipal de Sougé.

Ce jeudi 30.11.2017, en salle du Conseil municipal « Robert Tournelle« , une petite manifestation de sympathie s’est déroulée autour de Nelly Le Moine, infirmière libérale installée à la Maison médicale de Sougé le Ganelon, qui a choisi, après de nombreuses années d’exercice, une autre orientation professionnelle.

Ce avant la tenue de la séance du Conseil de novembre.

Conseillère municipale élue de 2008 à 2014, Nelly a également fait partie du corps des sapeurs pompiers volontaires de Sougé. Elle a également travaillé à la création de la Maison médicale de Sougé, construite rue des Acacias en 2012, qui compte – outre le cabinet infirmier – deux médecins salariés à temps partiel, un cabinet de pédicure et une cabinet de psychologue.

Le Conseil municipal l’a remercié du service rendu à la population tout au long de ces années de présence. Le « Bulletin communal » année 2009 lui a été offert, en souvenir (faisant suite aux élections de 2008) !

Cabinet infirmier (maison médicale de Sougé)

By Divers Pas de commentaire

Le cabinet infirmier de Sougé le Ganelon est dorénavant constitué de 3 infirmières libérales : Elodie Goyet, Aurélie Vinson, Marie Chevalier, suite au départ de Nelly Le Moine.

Le cabinet passe donc de 2 à 3 infirmières et des permanences auront dorénavant lieu du lundi au vendredi de 8 h à 9 h (sans rendez vous – à compter du 11.12.2017).

Cabinet infirmier : 02 43 97 31 30 – Maison médicale de Sougé, rue des Acacias.

 

sainte Barbe 2017

By Divers Pas de commentaire

La fête de sainte Barbe, fête des Sapeurs pompiers, se tiendra à Sougé le Ganelon le samedi 2 décembre à 18 h 00.

Cette commémoration, sous la conduite du lieutenant Olivier Crison, chef de Centre,  se déroulera de la façon suivante : messe à 18 h 00 en l’honneur des Spv, cérémonie de remise de décorations avec discours (salle polyvalente « Gilbert Chauveau« , vin d’honneur à la suite.

La population est invitée à se joindre à cette cérémonie afin de remercier les sapeurs pompiers du Centre de secours de Sougé pour leurs actions au service de la population.

Congrès des Maires et entreprise locale

By Divers Pas de commentaire

Ludovic Cochet, président de Cochet SA et Philippe Rallu – 21.11.2017 Paris

Le Congrès annuel des Maires à Paris est l’occasion d’écouter le Premier Ministre, les Ministres, le Président du Sénat … C’est le moment de se tenir au courant des expériences des élus locaux et des dernières innovations.
C’est ainsi que la société Cochet (50 emplois), qui entame d’importants travaux d’extension sur la commune de Sougé le Ganelon (Gué Ory) où elle est installée depuis 1946, était présente au Salon des professionnels, attenant au Congrès.
Etaient exposés notamment quelques uns des derniers produits : balayeuse, remorque à abaissement et le fameux swincar, engin électrique pendulaire tout terrain …
Le Maire de Sougé le Ganelon, Philippe Rallu, est passé rendre une visite sur le stand, reçu par Ludovic Cochet, dynamique dirigeant de cette entreprise dont la renommée et le savoir faire sont connus de tous.
Sujets abordés au Congrès, les transformations en cours ou à venir des collectivités notamment :
* pour l’ingénierie, une Agence nationale des territoires remplaçant les nombreux guichets ministériels actuels, projet de loi « logement » (1er semestre 2018 au parlement), Assises de l’eau (question du financement et des investissements dans les réseaux), réforme de la fiscalité locale (suppression de la TH pour 80 % des foyers sur 3 ans (1)) pour 2020, normes moins nombreuses et mieux adaptées, etc …
(1) soit 91 790 € de dégrèvement estimé pour la commune de Sougé en 2020. Le nombre d’exonérés passerait de 91 foyers en 2017 à 284 en 2020 (nombre total de foyer TH : 411).
Le nombre d’exonéré augmenterait donc de 69,10 % pour s’établir à 91.24 % du nombre total de foyer TH.
(source :  commission des Finances du Sénat)

Concert de sainte Cécile, patronne des musiciens

By Divers Pas de commentaire

(Les musiciens entourant l’abbé Maurice Chevalier, curé de Sougé)

A l’issue de la messe en l’honneur des musiciens et de leur Patronne, sainte Cécile, un concert a été donné en l’église saint Martin de Sougé le Ganelon par les Sociétés de Musique de Mont saint Jean (crée en 1947) et Sougé le Ganelon (crée en 1856), réunies pour l’évènement, avec des renforts de Gesnes le Gandelin & Assé le Boisne.

Une tradition bien respectée. Un vin d’honneur, offert par la Municipalité de Sougé, réunissait les concertistes à la salle des Associations.

A la suite, un banquet se tenait à Mont saint Jean, en présence des Maires des 2 communes, MM. Lefebvre et Rallu.

(L’ensemble musical dans le chœur de l’église de Sougé)

remise des Prix du concours de rillettes des Alpes Mancelles (Souge le Ganelon)

By Divers Pas de commentaire

Chaque année, depuis 29 ans, se tient le concours interdépartemental de rillettes, section Alpes Mancelles, organisé par le Comité des Fêtes de Sougé, présidé par Jean Claude Denis.

Bouchers, charcutiers, salaisonniers sont mis à l’honneur lors de la traditionnelle « Remise des Prix« *.

Cette soirée s’est déroulée le samedi 18 novembre à la salle polyvalente de Sougé, avec 180 participants.

 

* Catégorie  CHARCUTIERS

  • 1er        Grand prix d’Excellence     : M. LOUVEL                   Fresnay s/Sarthe
  • 2ème     Prix d’Excellence                  : M. COLLET                   Evron
  • 3ème     1er Prix d’Honneur               : M. NICOLAS                 Solesmes
  • 4ème     2ème Prix d’Honneur            : Sarl TRADI FRAIS       Mamers
  • 5ème     3ème Prix d’Honneur            : M. AUVE                        Ecommoy

Catégorie BOUCHERS

  • 1er       Grand prix d’Excellence       : M. LEHOUX                  St Vincent de lorouër
  • 2ème  Prix d’Excellence                   : M. GOBE                         Bagnoles de l’Orne
  • 3ème    1er Prix d’Honneur               : M. HUMEAU-RUEL     Assé le Boisne
  • 4èm    2ème Prix d’Honneur           : M.VALLEE                       Le Mans
  • 5ème   3ème Prix d’Honneur           : M. CADIEU                      Spay

Catégorie SALAISONNIERS

  • 1er         Grand prix d’Excellence     : Sarl PRUNIER                        Connerré
  • 2ème     Prix d’Excellence                 : Sté des Rillettes BAHIER     Sceaux S/Huisne
  • 3ème   1er Prix d’Honneur               : Rillettes GORRONNAISES  Gorron

Retour sur l’année 1917

By Divers Pas de commentaire

© SMLH – 2016 – Société des Membres de la Légion d’Honneur – 61.

La Grande Guerre est une guerre classique où l’homme, le fantassin, était encore la force vive des armées. Il était soudain exposé au monde moderne du feu, de la fonte, de l’acier, des éclats, des schrapnells, des gaz toxiques. Le monde antique réactualisé passant de l’arbalète au Lebel (remplaçant du Chassepot qui avait fait merveille), de l’arc à la mitrailleuse Hotchkiss et de la baliste à la Grosse Bertha (les obus pouvaient franchir 120 kms!!). Tout cet armement automatique et lourd utilisé à profusion a provoqué les ravages que nous connaissons. Les monceaux de morts terrés dans les tranchées écrasés sous les obus (plus gros, dévastateurs et projetés de plus en plus loin) et lors des assauts fauchés par les mitrailleuses (arme relativement nouvelle, à répétition depuis la Maxim en 1885, à cette échelle elle devient répandue lors de cette guerre) évoquaient les montagnes de corps qu’avaient laissés les huns d’Attila et les Mongols de Gengis Khan.

L’aviation militaire naît en force en cette première guerre mondiale.

La Secrétaire d’État auprès de la Ministre des Armées, Madame Geneviève DARRIEUSECQ, rappelait dans le texte prononcé par le Maire, que 1917 est une année charnière. La Russie malgré des troupes initialement très mobiles et offensives résistent en 1917 aux allemands. Mais le complexe militaro industriel russe est désorganisé et faible. Il faut 30 000 obus par jour, les troupes disposent de 30 000 obus par mois. Les Allemands ont voulu la guerre contre la Russie. Ils ont toujours voulu contrer cette hégémonie qu’ils redoutaient. Il s’agissait bien d’une guerre préventive. Le front a été enfoncé en 1915 après la bataille de TANNENBERG et a permis aux Allemands et Autrichiens de FALKENHAYN commandant en Chef des Troupes impériales et aux Généraux HINDENBOURG et LUDENDORFF commandants en chef sur le front de l’Est de s’enfoncer en Pologne russe et de saigner à mort l’Empire russe. La révolution en octobre 1917 emporte le Tsar NICOLAS II et sa famille qui sont faits prisonniers (exécutés en juillet 1918). Cette victoire sur les Russes de HINDENBOURG et LUDENDORFF leur confèrera ultérieurement un prestige immense. Leur soutien lors de la montée du Chancelier HITLER en 1933, s’appuiera malheureusement sur cette légitimité victorieuse. Le Führer on le sait retrouvera ce désir malsain de s’étendre à l’Est. On connait la suite.

Le front de l’Est ne pose plus de problèmes aux Allemands qui transfèrent leurs divisions vers l’Ouest contre le front anglo-français. Les bolcheviks de LENINE et TROTSKY après un armistice en décembre 1917 signeront plus tard la paix de BREST LITOVSK en février 1918. Cet afflux, de troupes allemandes transférées, revenu du front de l’Est va-t-il suffira à vaincre le front de l’Ouest ? Non car les États-Unis bouleversés par le torpillage du Lusitania (en 1915) mettront en un an et demi pour se ranger aux côtés de la Triple entente et la déclaration de guerre sera votée en avril 1917. Les États Unis seront 2 millions sur le front à la fin de la guerre en 1918.

1917 l’année de PASCHENDAELE et du CHEMIN des DAMES.

PASCHENDAELE près d’YPRES verra en 4 offensives de Juillet à Novembre un nombre terrible de morts chez les Canadiens, Britanniques et Néozélandais qui supportent essentiellement, aidés par les Français, cette action de soulagement de l’armée française. Près de 300 000 morts (les chiffres demeurent encore à ce jour évalués) de chaque côté allemands et alliés. Chez les Néo Zéandais la mort de Dave GALLAGHER (capitaine de l’équipe de rugby lors de la première tournée en France de 1905 – 1906) symbole du rugby fondateur de l’esprit de la nation Néo Zélandaise demeure un souvenir très fort. Il est volontaire à 40 ans pour combattre en France. Il meurt à 44 ans. Son nom est toujours celui du Trophée du Match annuel de rugby franco néo-zélandais attribué au vainqueur évidemment.

Le CHEMIN des DAMES nom charmant certes, dans l’AISNE, qui verra la mort de 180 000 soldats français. Après la Victoire de VERDUN et de la SOMME comment poursuivre l’offensive victorieuse. NIVELLE joue sur artillerie et les chars. Ceux-ci accompagnent les fantassins et contrairement à leur concepteur le Général Jean ESTIENNE, Polytechnicien, le Père des chars, ne sont pas regroupés. NIVELLE se heurte au commandement de LUDENDORFF. Le CHEMIN des DAMES ou « OFFENSIVE NIVELLE » comportera des résultats militaires peu probants. NIVELLE sera remplacé par le Général PETAIN qui utilisera en fin d’offensive, artillerie, chars et troupes de façon coordonnées pour obtenir une victoire au saillant de la MALMAISON. L’offensive du CHEMIN des DAMES conduit les troupes aux premières mutineries et assure la prise de commandement de PETAIN des armées françaises en remplacement de NIVELLE. Le Généralissime des troupes alliées est FOCH. PETAIN quoique homme toujours pessimiste et « marmoréen » conduira les troupes vers la victoire et réprimera les mutineries avec une parcimonie reconnue. La Chanson de CRAONNE, le chant de la contestation des mutins provient du nom d’une colline du CHEMIN des DAMES.

1917 l’ANNEE de GEORGES CLEMENCEAU, le PERE LA VICTOIRE » Raymond POINCARE appelle à la Présidence du Conseil cet homme de 76 ans. Georges CLEMENCEAU a connu le second Empire, la Commune, il a défendu DREYFUS, il est l’ami de MONET et fait installer à l’Orangerie ses NYMPHEAS. Il va résister au défaitisme qui a envahi la France tant au niveau des troupes (les mutineries) que le moral qui flanche à l’Arrière. Il va donner le commandement en chef des Armées françaises à PETAIN malgré ce pessimisme qu’il lui connait. Il confirme Ferdinand FOCH comme Génralissime des Armées Alliées en le soutenant constamment.Il avait été l’opposant à Jules FERRY et au colonialisme. C’est lui qui dit en boutade, lâchant le Général BOULANGER en 1887 que la « Guerre est une chose trop grave pour être confiée aux militaires ». Son autorité sur la conduite de la guerre redonnera du lustre au commandement militaire en symbiose avec la conduite coordonnée des actions.De superbes biographies à lire la plus remarquable et complète celle de Jean Baptiste DUROSELLE (Fayard, 1988), celle de Michel WINOCK Perrin en 2007 et celle récente de Jean Jacques BECKER Armand Colin (2012). Je fais la guerre a-t-il affirmé naturellement.

Cérémonie du 11 novembre 1918

By Divers Pas de commentaire

cortège entrant dans le cimetière, avec la Musique municipale de Sougé

La cérémonie du 11 novembre s’est déroulée en 2 temps :

Messe de Commémoration à Gesnes le Gandelin, en présence de tous les Porte drapeaux

Dépôts de gerbes au cimetière de Sougé le Ganelon selon le déroulé suivant :

dépôt de gerbes par le Maire et le Président des Anciens combattants

Musique (ouvrir le ban)

Rappel des Morts pour la France

3 sougéens (guerre de 1870 / 1871)

39 sougéens (guerre de 1914 / 1918) dont 4 pour l’année 1917 **

6 sougéens (guerre 1939 / 1945)

1 sougéen en 1952 (guerre d’Indochine)

4 sougéens en 1956 / 1957 (Guerre d’Algérie)

A la mémoire de tous ces disparus, morts au Champ d’honneur, minute de silence

Musique (fermer le ban)

Lecture du message de la Secrétaire d’Etat auprès du Ministre des Armées

dépôt de gerbes au Monument aux Morts, en présence de pompiers et Porte drapeaux

Lecture du message de la Secrétaire d Etat

** 1917

(source : JM Dorneau pour « mémoire et patrimoine de Sougé« )

BOTHET Lucien, 2è classe au 87è RI, né le 25 janvier 1895 à Sougé. Ouvrier agricole. Domicilié au Corbusin, Sougé. Célibataire. Fils de Vital et de Georgette GALPIN. Mort le 13 août 1917 à l’hôpital de Fleury sur Aire (Meuse), suite de blessures de guerre du 17 juillet 1917 à la cote 304. Inhumé à la nécropole nationale de Rembercourt-Sommaisne (Meuse). Inscrit au tableau spécial de la médaille militaire, par arrêté ministériel du 9 octobre 1917.

« Brave et courageux, soldat qui s’est toujours conduit vaillamment dans toutes les affaires auxquelles il a pris part. Grièvement blessé le 17 juillet 1917 en s’élançant à l’assaut des lignes ennemis« . Cité à l’ordre de la Division « Très belle attitude à l’attaque du 17 juillet 1917. A toujours assuré son service de guetteur, malgré les bombardements les plus violents, étonnant ses camarades par son courage et son sang froid. A été blessé à son poste ». Croix de guerre avec palme et étoile d’argent. Médaille militaire. JO du 11 oct. 1917.

BOURILLON Maurice, 1ère classe au 53è RI, né le 12 juillet 1896 à Sougé. Ouvrier agricole. Domicilié aux Hayées, Sougé. Célibataire. Fils de Marcel et de Marie GANGNEUX. Blessé le 29 mars 1917. Tué à l’ennemi le 14 septembre 1917 au Bois des Caurrières (Meuse). Inhumé à la nécropole nationale de Douaumont à Fleury devant Douaumont (Meuse).

LEGANGNEUX Louis, 2è classe au 13è Rgt de Chasseurs, né le 11 mars 1887 à Sougé. Cultivateur. Domicilié à Sougé. Célibataire. Fils de Auguste et de Marie CAREL. Tué à l’ennemi par éclat d’obus le 20 mars 1917 à Monastir (Serbie).

ROMME Adrien, Sapeur au 21è Rgt Génie, né le 13 décembre 1894 à Sougé. Ouvrier agricole. Domicilié aux Marchais, Sougé. Célibataire. Fils de Julien et de Mathilde EDIN. Tué à l’ennemi le 30 août 1917 à 800 m sud ouest de Douaumont (Meuse). Inhumé à Sougé après retour du corps le 8 août 1922.